Navigation dans le blog

Derniers commentaires

Comment peut-on conserver son e-liquide à bon escient ?

Une fois que vous avez goûté à la cigarette électronique, vous avez pris du plaisir, puisqu’indépendamment des sensations qu’elle vous procure, elle propose également une bonne variante de saveurs. De ce fait, vous vous demandez certainement : comment bien conserver vos liquides électroniques, leurs dates limites de consommation, ainsi que les dangers présentés une fois la date expirée ? Dans cet article, vous saurez tout sur la façon de conserver votre liquide électronique, mais aussi sur sa validité. 

Quelles sont les disparités entre DLUO et DLC ?

Vous devez sûrement le savoir, l’expression DLUO veut dire : la Date Limite d’Utilisation Optimale ; et le DLC signifie : Date Limite de Consommation. Attention, il faut savoir qu’il y a une grande dissemblance entre ces deux termes, et il ne faut surtout pas les confondre.

La DLUO détermine le mois et l’année, elle est tout simplement mise en évidence qu’à titre informatif. Par conséquent, malgré que cette date soit expirée et dépassée, l’e-liquide reste utilisable, et sachez qu’il ne sera pas, en aucun cas, néfaste pour les personnes qui l’utilise. Toujours est-il qu’il soit probable que, le liquide électronique aura une faible teneur en arôme, ou encore, qu’il soit moins efficace en termes d’un sevrage à la nicotine par exemple. En général, les e-liquides ont une DLUO de 2 ans, donc, ça va !

En revanche, la DLC représente une annotation complète de la date limite de consommation, c’est-à-dire : jour, mois et année. Il faut préciser que la DLC a une particularité impérative, autrement dit que si elle est expirée, le mieux serait de ne plus du tout consommer le liquide électronique.

 

Un liquide électronique et sa durée de vie

Une grande quantité de vapoteurs ne sont pas en connaissance de cause sur la durée de vie des liquides électroniques pour e-cigarette. En guise de rappel, il est utile de préciser que l’e-liquide est constitué essentiellement de PG et VG, d’arômes et de nicotine. Ces éléments ont tous leur longévité. Cependant, en commençant par cela, les concepteurs ont pris la décision de circonscrire la durée d’emploi d’un liquide électronique à 2 ans. Ne paniquez pas ! Ici, il n’est pas question de la DLC mais de la DLUO. Cela veut dire que vous avez l’opportunité de toujours employer votre liquide électronique dans les meilleures circonstances.

 

Comment reconnaître un e-liquide obsolète et dépassé ?

Tout comme la grande partie des produits, les liquides électroniques ont également une date de prescription. D’ailleurs, une DLUO ou une DLC est indiquée sur la fiole. Il vous suffira alors de vous y référer pour décider de continuer ou non à vapoter votre liquide électronique. En principe, la DLUO n’est pas une limite péremptoire, donc, vous n’êtes pas dans l’obligation de balancer votre produit dans l’immédiat. En ce qui concerne la DLC, il est préférable de directement arrêter sa consommation et de se procurer une nouvelle fiole.

 

Quelques astuces et recommandations pour une bonne conservation de vos liquides électroniques

Déjà, il faut savoir qu’il est essentiel de toujours veiller à ce que le bouchon de votre flacon d’e-liquide après chaque utilisation. Ce qui est important à savoir également, c’est de le préserver de la lumière et de le mettre dans un endroit sec, tel qu’un placard, ou un tiroir. Par ailleurs, la température a de forte chance de modifier leur goût, ce qui n’est pas très agréable, d’où l’importance de bien opter pour le lieu où vous stockez votre e-liquide. Plusieurs vapoteurs gardent les leurs au frais, comme par exemple, au réfrigérateur en période de canicule. Si vous avez choisi cette option, sortez le flacon quelques heures avant de le consommer. Cela va permettre au liquide d’avoir une température environnante, ce qui évitera des problèmes lors de la vaporisation.

Mise à part tout ce qui a était dit auparavant, sachez qu’il existe d’autres solution pour une conservation optimale de votre liquide électronique. Trois éléments extérieurs entrent en jeu pour leur préservation : l’oxygène, la lumière et la température.

Concernant la lumière, les bases avec de la nicotine doivent être mises dans l’obscurité, étant donné que la nicotine se décompose sous une exposition aux rayons ultra-violets. Pour ce qui est de l’oxygène, sachez que l’air accélère l’oxydation de la nicotine, de ce fait, il est mieux de ne pas trop laisser trainer votre fiole à l’air libre, surtout si vous prévoyez encore de l’employer ultérieurement. Aussi, pour la température, il faut savoir que le mieux serait de mettre votre liquide dans un lieu à une température variante entre 10 à 18 °C. Cela va compresser le PG et la VG tout en restreignant les mutations des molécules présentes dans le flacon.

 

Est-ce que chaque élément du liquide électronique a son propre temps de conservation ?

Il est à noter que chaque composant de l’e-liquide a sa longévité, à savoir : celle du PG et de la VG, qui est d’une durée de 2 ans, pour la nicotine, la durée de vie est de 5 ans, et celle des arômes est de 12 à 18 mois. Indépendamment des recommandations de conservation énoncées auparavant, les concepteurs conseillent aussi de bien remuer la fiole avant de verser le liquide électronique dans le réservoir de la vapoteuse. Cela empêchera l’arôme de rester au fond de la bouteille, de ce fait, la vraie saveur de la recharge ressortira de plus belle !

 

Mode de conservation des e-liquides DIY

Si vous préférez faire vous-même votre liquide électronique afin d’obtenir une grande quantité de recharge, il faut savoir que cela implique plus de rectitude en termes de conservation. Pour éviter l’oxydation, il est bon de répartir le liquide en grande quantité dans de petites fioles. Puis, remplir les flacons au ras-bord afin d’éviter que l’air puisse y pénétrer. Pour être plus efficace, il est préférable de sceller le bouchon avec un ruban adhésif pour confiner complètement le contenu. Et pour finir, le processus de conservation reste le même.

Laissez un commentaire