Livraison Offerte
Blog navigation

Derniers articles

Derniers commentaires

Un avenir incertain de la vape concernant la future TDP 2021

E-cig Intelligence fournisseur mondial d’analyses indépendantes et détaillées du marché et de la réglementation, de suivi juridique et de données quantitatives pour le secteur des cigarettes électroniques, du tabac chauffé et des produits de substitutions.

 

A l’occasion des élections européenne, l’agence s’est intéressée sur les différents avis concernant les tendances politiques sur le vapotage.  La vape n’est pas au cœur des campagnes électorale mais le futur Parlement et la nouvelle Commission seront amenés à se prononcer sur la future transcription de la TPD 2021.

 

Après enquête au niveau des grands partis politique sur la vape plus aucun parti n'envisage à l'interdire, bien au contraire.

Elle passe inaperçu tout bord politique confondu.

Mais elle serait plus administrée aussi bien au niveau santé publique que sur la fiscalité ainsi que sur la réglementation.

 

Après l’étude d’E-cig intelligence auprès de trois groupes politique, du centre, de centre droit et de gauche.

Les partis de droites nationalistes et souverainistes, les écologistes et les partis de gauche alternatifs n’ont pas été audité, malgré leurs pourcentages importants dans les sondages.

E-cig intelligence s’est focalisée sur les groupes déjà présent dans le Parlement en place. Une démarche surprenante, mais à laquelle il convient de mettre un bémol.

Le Parti populaire européen (PPE) a fait part à E-cig intelligence que le centre-droit n’était pas propice à l’interdiction de la vente de produits de vape, mais plutôt à l’idée de mettre en place un système fiscal à part. Pour résumer, une taxation.

 

L’Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D), à gauche, conteste contre l’interdiction des e-cigarettes mais considère que la portée sur la santé publique nécessite un suivi. Les socialistes ont proclamé que la taxation était un moyen efficace afin de réduire l’usage du tabac et qu’elle pourrait être employée de la même manière sur les cigarettes électroniques.

L’Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE), au centre, a certifié à E-cig Intelligence que son parti ne considère pas les e-cigarettes comme médicaments car elle augmenterait le prix des dispositifs et des liquides électroniques. On devine en arrière-plan que le parti n’est pas non plus contre une réglementation plus administrée, sans que son énonciation sur la taxation soit élucidée.

 

Pour E-cig intelligence, cela annonce que la réglementation sur le vapotage risque d'encourir d'importantes évolutions d'ici les prochaines années.

Le Commissaire européen à la santé actuel avait fait part de son opposition à la vape, mais son continuateur devra prendre en compte les idées d'un Parlement plus complaisant.

 

Plus complaisant, mais à condition qu’elle soit d'avantage réglementée et potentiellement taxée. La transformation de la TPD en 2021, à laquelle viendra s’ajouter un débat sur la taxation de la vape, sera appuyé par deux grandes dispositions : d’un côté, les résultats scientifiques de plus en plus avantageux au vapotage, ainsi que les aboutissements sur le terrain qui devraient être encore plus pertinent dans les deux années à venir concernant la lutte contre le tabagisme, et de l’autre les politiques américaines et canadiennes qui s’associe à des chasses aux sorcières.

 

La TPD actuelle devrait être transformée mais nous ne pouvons donc pas encore nous prononcer sur sa future retranscription.

laissez un commentaire